Pelot d'Hennebon

Cliquez sur le triangle vert pour écouter la musique de cette partition 

 

 extrait musical interprété par Jacques Fraudet

 

 

Pelot d'Hennebont est en fait la reprise du chant traditionnel révolutionnaire Breton « La lettre de Pelot de Betton ». Ce texte, dans sa version révolutionnaire donc, fait référence aux événements de la vie militaire de Pelot d’Hennebont ; parfois écrit Pelot de Betton. À cette époque, les promotions militaires et l'ascension sociale qui allait avec, pouvait être fulgurante. Napoléon Bonaparte en est l'exemple le plus célèbre. Selon certains historiens, cette lettre de Pelot d'Hennebont serait la dernière écrite à sa mère. En effet, l'homme aurait été trop enthousiaste quant à son avenir militaire et se voyait déjà général en écrivant cette lettre... mais avant de connaître une fin prématurée au combat.

 Il s'agit là d'un chant breton sur la période révolutionnaire (5 mai 1789 – 9 novembre 1799

 Si la version de Tri Yann peut contenir des points de discordes quant à son origine chronologique, la version originale est, elle, bien dédiée à la période révolutionnaire Française.

 La version originale est basée sur un rythme plus lent, et le texte diffère quelque peu de la version chantée par Tri Yann.

Voici la version de la fin XVIIIe :

 

Papa, maman, je vous écris, que je suis arrivé dans Paris,

 

Que déjà, je suis caporal, que, bientôt, je serai général.

 

Dans la campagne je combattions les ennemis de la Nation.

 

Tous ceux qui devant moi s'présentions, avec mon sabre je l'z'èmondions!

 

Passait par là mon général qui dit: "V'la un brave caporal!"

 

Comme il voulait savoir mon nom, je lui ai dit: "J'm'appelle Pelot d'Betton."

 

Il tire de sa poche un beau ruban ou je n'sais quoi au bout d'argent,

 

Et dit: "Boute-ca à ton habit et combats toujours l'ennemi!"

 

Faut qu'ca soit un signe bien glorieux, car tous les autres m'appellent: "Monsieur",

 

Et mettent la main à leurs chapeaux pour saluer le gars Pelot.

 

Maman, si je meurs en combattant, je t'enverrai ce bout de ruban;

 

Tu le bouteras à ton fuseau en souvenir du gars Pelot.

 

Dites à mes frères, à mes cousins, a mes amis que je vais bien,

 

Que je suis votre humble serviteur; votre fils qui vous embrasse de coeur.

  

 Et voici la version chantée par Tri Yann et présente, pour la première fois, sur l'album Suite gallaise de 1974.

 

I. {Ma chère maman je vous écris

 

Que nous sommes entrés dans Paris (chœur bissé)

 

{Que je sommes déjà caporal,

 

Et serons bientôt général. (chœur bissé)

 


II. {A la bataille, je combattions

 

Les ennemis de la Nation, (chœur bissé)

 

{Et tous ceux qui se présentiont

 

A grand coups de sabre je les émondions. (chœur bissé)

 


III. {Le roi Louis m’a appelé,

 

C’est « Sans-Quartier » qu’il m’a nommé. (chœur bissé)

 

{Mais Sans-Quartier, c’est point mon nom.

 

J’lui dis : je m’appelle Pelot d’Hennebont. (chœur bissé)

 

 IV. {Il a tiré un biau ruban,

 

Et je ne sais quoi au bout d’argent. (chœur bissé)

 

{M’a dit : boute ça sur ton habit

 

Et combats toujours l’ennemi. (chœur bissé)

 

 V. {Faut que ce soye quelqu’chose de précieux

 

Pour que les autres m’appellent Monsieur, (chœur bissé)

 

{Et bout lou main à lou chapiau

 

Quand ils veulent compter au Pelot. (chœur bissé)

 

 VI. {Ma mère si je meurs en combattant,

 

Je vous enverrai ce biau ruban, (chœur bissé)

 

{Et vous le couderez à votre fuseau

 

En souvenir du gars Pelot. (chœur bissé)

 

 VII. {Dites à mon père, à mon cousin,

 

A mes amis que je vais bien, (chœur bissé)

 

{Que je suis leur humble serviteur.

 

Pelot qui vous embrasse de cœur (chœur bissé)

 

Source : site Historiagames
http://www.histogames.com/HTML/chronique/historiarecords/vol.1-pelot-d-hennebont-de-tri-yann.phpI

 

 

 

Il  semble que Bernard Baudriller du groupe Tri Yann ait, non pas écrit les paroles , mais les ait réécrites pour en faire « Pelot d’Hennebont » alors qu’à l’origine la chanson s’appelait « la lettre de Pelot de Betton »…
D’après « L’anthologie de la chanson française » de Marc Robine, le texte de départ date de la période révolutionnaire ou de l’empire, peut-être d’avant… Il y aurait eu quelques modifications…
Toujours d’après l’Anthologie, le texte de la chanson a été recueilli sans musique par Madame Simone Morand (originaire de Betton en Ille et Vilaine /Bretagne) qui parcourait les campagnes afin de noter les parcelles de folklore d’autrefois qu’elle pouvait récupérer. Elle aurait noté « Pelo » vers la fin des annés 1920 et elle composa une musique pour aller avec  vers 1930. Elle découvrit plus tard deux versions complètes de la chanson et publia le tout dans son ouvrage « Anthologie de la chanson en Haute Bretagne » (édition GP Maison neuve et Larose, Paris 1976)

 

Source : http://www.napoleon1er.org/forum/viewtopic.php?f=3&t=21074